Articles

Assemblée générale : le public au rendez-vous

Pierre Javaudin, spécialiste français de la ruche horizontale

Rayon d’une ruche Kenyane

C’est une belle journée d’assemblée générale que nous avons vécue le samedi 7 décembre 2019. Le matin, c’est devant un parterre de 140 personnes que Pierre Javaudin, spécialiste français de la ruche horizontale dite « kenyane » a donné toutes les ficelles pour mener à bien cette ruche originale.

La vie est ainsi faite de joie et de peine, nous avons rendu hommage par une minute de silence, à ceux qui nous ont quittés cette année et notamment René Sorel, notre ami disparu en décembre, ce fut l’introduction de notre AG qui par la suite a trouvé sa vitesse de croisière où la bonne humeur a pris le pas.

Bilan financier présenté par Louis Leterrier

Bilan moral sur toute notre activité de l’année avec prise de parole de chaque élément moteur qui a participé à ces événements, toujours dans la valorisation de l’abeille et de l’apiculture. Début décembre, nous avons clôturé les inscriptions pour les ruchers-écoles, pratiquement 100 inscrits sur les trois sites, encore une fois, une réussite qui ne va que faire grossir l’effectif de nos adhérents qui est aujourd’hui de 604.

Avec un engagement fort du Conseil départemental, la lutte menée contre le frelon asiatique est rentrée maintenant dans les mœurs avec 95 % des communes qui ont signé la convention avec la FDGDON. 2449 nids détruits en 2019 contre 4967 en 2018.

Deux projets de recherche sur le frelon asiatique entièrement financés par le Conseil départemental (Eric Darrouzet en lien avec l’Institut de recherche apicole chinoise) : protection des ruchers avec un répulsif et le deuxième projet : destruction thermique des nids. Un constat a été fait sur la transmission des maladies communes aux abeilles et aux frelons.

Un point sur les finances et un remerciement particulier à Louis Leterrier, trésorier, pour son travail sérieux et rigoureux accompli depuis 10 ans auprès de la Manche Apicole et merci à Madeleine pour avoir loué les qualités de Louis, non sans une certaine pointe d’humour. Antoine Chapron lui succède, c’est une charge importante car nous avons pratiquement doublé les effectifs depuis dix ans.

A l’occasion de cette assemblée générale, les lauréats de nos concours des miels (départemental et de Normandie) ont pu recevoir les récompenses méritées, un beau palmarès pour le concours de Normandie où 4 des 9 médailles des catégories miels clair, ambré et foncé ont été remportées par la Manche et non des moindres, trois d’or et une de bronze.

Lauréats des concours des miels

Le pot de l’amitié a clôturé cette réunion annuelle.

A.L.

RÉUNIONS DE SECTEURS

Réunions de secteurs
Un rendez-vous à ne pas manquer où les échanges sur les différentes techniques apicoles, la saison apicole, le bilan des ruchers-écoles, un point sur le sanitaire, les pertes de colonies, l’implication du Département sur le frelon asiatique…. Les échantillons pour le concours des miels seront également réceptionnésPensez à joindre l’étiquette modèle (sans la coller) que vous trouverez dans le bulletin annuel ainsi que le chèque de 7 € par échantillon (2 pots de 250 g par échantillonpour la participation aux frais du concours. Pour simplifier la tâche du trésorier, évitez de donner de l’argent liquide.
N’hésitez pas à consulter le bulletin annuel ainsi que le site lamancheapicole.fr pour prendre connaissance des modalités du concours et pour la première année, celles du concours de pains d’épices.
Dates à retenir :
La Glacerie : la réunion de secteur du nord-Cotentin se fera au centre socioculturel des Rouges-Terres, rue des Poètes à La Glacerie. Rendez-vous pour 9 h 30 le samedi 5 octobre. Pour ceux qui le souhaitent, un repas pourra être pris en commun le midi.
 Saint-Hilaire-du-Harcouët dans la salle de réunion à l’Espace Saint-Hilaire, route de Paris. Rendez-vous à 10 h le samedi 12 octobre. Si vous le souhaitez, nous pourrons déjeuner ensemble. 
AL

Journées sensorielles : les nez sont en piste…

  Un concours des miels, ça ne s’improvise pas, il faut des juges, des nez… pour départager les lauréats. Nous venons d’organiser deux journées sensorielles, animées par Bernadette Gosselin qui s’adressent à des personnes curieuses qui désirent s’impliquer dans cette épreuve, afin de compléter le nombre de juges existants.

Bernadette notre formatrice.

Déjà, le visuel joue un rôle très important sur un échantillon, l’olfactif ainsi que le goût qui sera défini par le sucré, l’amer, le salé. Chaque miel a son intensité, qu’elle soit faible, neutre, fade, discrète ou forte ; sa franchise, qui peut être altéré ou douteux ; son harmonie qui va de l’élégant au raffiné.

Alex, le nez dans le pot…

La complexité des arômes, qui peuvent être persistants ou fugaces et très aromatiques allant du floral au fruité en passant par le végétal, minéral, animal ou brûlé font qu’un minimum de formation est nécessaire pour détecter toute cette subtilité.

Pas facile de définir les miels

Il faudra que chacun s’entraîne au quotidien, non pas seulement sur les miels, mais également sur les plats cuisinés, le vin, le café ou le thé afin d’entretenir son vocabulaire, si difficile à trouver pour définir un ressenti.

Repas convivial en milieu de journée.

Le midi, un repas convivial a permis de partager les mets que chacun avait pu apporter, et ce, dans une chaleureuse ambiance.

A.L.