Articles

Mise en ligne de l’Abeille de France

Information communiquée par l’Abeille de France

« Chères collègues, Chers collègues, 

Nous avons le plaisir de vous informer que le numéro d’avril de l’Abeille de France  a pu être imprimé, et ceci, malgré des conditions de travail compliquées par les précautions sanitaires.  La revue  est maintenant en cours de distribution, et ne devrait plus tarder à arriver dans vos boîtes aux lettres.

En cette période de confinement, afin de permettre à tous vos amis de découvrir notre revue et de satisfaire les plus impatients d’entre vous, nous avons décidé de mettre exceptionnellement ce numéro en accès libre sur notre site internet www.labeilledefrance.com  et, vous joignons l’éditorial de ce numéro. N’hésitez pas à faire circuler cette information autour de vous.

Nous vous en souhaitons une très bonne lecture et restons à l’écoute de vos suggestions. 

Recevez nos cordiales salutations et l’assurance de notre dévouement à la cause apicole. »

Pascal GUICHE et Frank ALÉTRU

 

ÉDITORIAL DE Frank ALÉTRU, Président du Syndicat National d’Apiculture

Plus d’écologie pour moins de pandémies

Mes premiers mots sont d’exprimer la pensée émue que nous avons tous envers ceux qui ont perdu des proches, emportés par la vague mortelle de la pandémie du coronavirus. 

Cette épidémie démontre la fragilité de l’espèce humaine. Ce n’est pas la première, mais aucune des précédentes n’avait à ce point déstabilisé et fragilisé la vie humaine au niveau mondial. Notre société devra en tirer les leçons. Nous ne vivrons plus jamais comme “avant le coronavirus”. Il y aura un après. 

La question qui nous vient immédiatement à l’esprit est : “Pourquoi cette succession de pandémies (VIH, EBOLA, ZIKA, SARS-Cov, et aujourd’hui Covid-19), de plus en plus rapprochées ?” Ces virus pathogènes ne proviennent pas directement de l’homme, mais c’est bien la croissance de l’activité humaine, son emprise non maîtrisée qui semble sans limite sur les différents milieux naturels, l’augmentation des déplacements des populations qu’elles se fassent par la terre, la mer ou les airs, et la surpopulation dans certaines zones du globe qui nous les amènent et en sont responsables. Nos politiques n’ont plus le choix, ils doivent impérativement prendre en compte l’écologie dans les programmes de développement. 

La moitié des agents infectieux des dernières grandes pandémies proviennent d’animaux sauvages, non pas qu’ils en soient tous malades car ils vivent avec eux sans dommage. Oui, la responsabilité, la faute principale en revient à l’homme qui, en raison de son expansion invasive non contrôlée sur les milieux naturels (réduction des habitats, déforestation, industrialisation, urbanisation), engendre un rapprochement animal/homme facilitant les voies d’accès aux agents pathogènes vers l’espèce humaine chez qui ils peuvent devenir mortels. 

Ces ennemis, invisibles à l’oeil nu, incolores, inodores et sans saveur, ont franchi la barrière des espèces. Ils étaient prévisibles, mais l’homme ne s’y était pas préparé. Pire, certains pays les défiaient comme les États-Unis qui annonçaient en février dernier vouloir réduire de moitié sa participation au fonds de l’Organisation Mondiale de la Santé. 

Cette pandémie nous amène à devoir vivre un confinement inédit, inimaginable sur une telle durée, et avec des conséquences économiques et sociales qui laisseront des séquelles très profondes. 

Notre activité apicole bénéficie d’une souplesse légitime et logique pour nous permettre de suivre nos colonies et travailler dans nos ruchers. Cet aménagement a été obtenu grâce à la réaction immédiate, au travail collectif et au dynamisme du secrétariat de notre interprofession InterApi auprès des services (Dgal) du ministère de l’Agriculture. La note technique rédigée par le ministère a permis à tous les apiculteurs quelque soit leur nombre de ruches de pouvoir intervenir dans leurs ruchers. 

Autre beau résultat d’un engagement collectif en cette période où simplement vouloir faire son travail devient compliqué, voire impossible pour certains : bien que de nombreuses revues ne seront pas acheminées, nous avons relevé le défi que nos abonnés puissent recevoir leur revue l’Abeille de France “espace de liberté et d’ouverture” dans ce contexte difficile. Grâce à la détermination de toutes les équipes, des rédacteurs, des graphistes, des chasseurs d’images, des annonceurs, de tous les techniciens de notre imprimeur sans oublier le service de routage, cette revue vous est parvenue avec un délai de distribution rallongé. 

Par solidarité, nous mettrons ce numéro en accès libre sur Internet à partir de notre site www.labeilledefrance.com. Faites-en profiter vos collègues et vos amis.

 Au moment où j’écris ces lignes, nous apprenons avec tristesse et émotion la disparition de notre excellent collègue “Jean FEDON”. Jean aura marqué de son dynamisme, de sa volonté d’innovation et de progrès dans la connaissance, toute une génération d’apiculteurs qui ne l’oubliera jamais. 

En cette période intensive de travail au rucher, Jean n’aurait pas économisé ses conseils. Le moment est décisif pour la suite de la saison, ne le loupons pas malgré le contexte un peu plus compliqué. Les floraisons sont là et abondantes, ainsi que de belles colonies d’abeilles dans les ruchers qui n’attendent plus que le déclenchement de la miellée, pour rentrer de belles récoltes. 

Souhaitons aussi que la réouverture des marchés alimentaires puisse au plus vite se mettre en place dans le respect des conditions de protection sanitaire pour les vendeurs et les clients, afin que les conséquences économiques soient les plus limitées possibles pour notre filière. 

Aujourd’hui, nous vivons un confinement imposé. Faisons tout pour ne pas le “subir” et, au contraire, profitons de cette “retraite” pour analyser en détail cette situation, pour en tirer les leçons et imaginer les solutions de demain afin de pousser les politiques à corriger leurs feuilles de route en vue de sauvegarder notre belle planète qui, elle, profite de ce répit pour “respirer”. À Pékin, le ciel est redevenu bleu !

Communication du Syndicat National d’Apiculture

Nouvelle reconnaissance internationale du travail réalisé par

le Syndicat National d’Apiculture

De gauche à droite : Josef STICH (précédent Président du syndicat autrichien), Frank ALÉTRU (Président de l’EPBA), Manfred STURM (apiculteur pro autrichien), Walter HAEFECKER (Président d’honneur de l’EPBA)

Chères Présidentes et Chers Présidents,
Chères Secrétaires et Chers Secrétaires,
Chères Trésorières et Chers Trésoriers,

C’est avec un grand honneur et conscience de l’immense charge et de la responsabilité que représente la présidence de l’EPBA, le syndicat européen des apiculteurs professionnels, que j’ai accepté d’être candidat à ce poste.

Cette élection inattendue à l’unanimité confirme la confiance et l’espoir qu’accordent nos collègues européens dans la capacité d’action du SNA.

Lors de son assemblée générale qui s’est tenu les 20 et 21 février dernier à Graz en Autriche, l’EPBA, European Professional Beekeepers Association qui représente 18 États membres, a renouvelé son équipe.

Pour reprendre le flambeau derrière Walter HAEFECKER, figure emblématique de l’apiculture en Europe, les membres m’ont témoigné toute leur confiance.

Réunie en amont du Congrès national autrichien organisé par l’association des apiculteurs professionnels autrichien, l’EPBA a fait un point sur la situation apicole au sein des pays de l’union européenne.

Un rapide tour d’horizon qui a permis de se rendre compte qu’à travers l’Europe, les apiculteurs font face aux mêmes problèmes et préoccupations :

  • Des cours du miel en gros insoutenables pour les exploitations professionnelles
  • Une nécessaire amélioration de la transparence des origines sur les miels en mélange
  • La nécessité d’améliorer la lutte contre la fraude (miel/cire)
  • La montée des extrémismes apicoles en matière de races d’abeilles qui conduisent à des relations compliquées sur le terrain
  • Des populations d’ours grandissantes (les pays d’Europe du Nord et de l’Est)
  • L’expansion du frelon asiatique qui inquiète nos collègues.

À ces thématiques s’ajoutent les sujets omniprésents : les pesticides (évaluation de la toxicité et réduction de l’exposition), la politique agricole commune et la déshumidification du miel.

Au lendemain de mon élection, j’ai pu échanger avec Jeff PETTIS, le Président d’Apimondia sur les controverses latentes relatives à la conservation des races d’abeilles au sein du monde apicole.

Impossible de suivre tous ces dossiers seul. Pour y parvenir j’ai divisé l’Europe en trois grandes zones Nord, Centrale et Sud assisté par une équipe dynamique de vice-présidents et différents groupes de travail, qui en auront désormais la charge :

  • Président : Frank ALÉTRU (France)
  • Représentants Zone Nord :
    Sandris AKMANS (Lettonie)
    Matt OLLOFSON (Suède)
  • Représentants Zone Centrale :
    Berhnard HEUVEL (Allemagne)
    Peter BROSS (Hongrie)
  • Représentants Zone Sud :
    Vasileios NTOURAS (Grèce)
    Henri CLÉMENT (France)

Bien cordialement.

Frank ALÉTRU

Le déclin de la biodiversité, disparitions massives d’abeilles

Interview de Frank Alétru, Président du Syndicat National d’Apiculture, à propos des disparitions massives d’abeilles.

Interview réalisé par Eric Tourneret.

Et pour aller plus loin :

Lire le livre de Stéphane Foucart journaliste au Monde qui décortique les mécanismes qui ont conduits à cette catastrophe.

 

Un livre consacré au frelon asiatique

Sortie prochaine (septembre-octobre) du livre du Dr ERIC DARROUZET consacré au frelon asiatique aux éditions du SNA (Syndicat National d’Apiculture): « Le frelon asiatique, un redoutable prédateur ».
Celui-ci fait le bilan des connaissances sur la biologie et l’écologie de ce frelon, il présente les outils de lutte actuels et prochains et se termine en donnant de nombreux conseils.
L’ouvrage fait 206 pages avec des textes accessibles au plus grand nombre, avec une riche iconographie de plus de 200 photos, schémas et cartes.
Le conseil départemental de la Manche est cité dans la partie remerciements de l’ouvrage.
Fiche de présentation de l’ouvrage avec son sommaire : Livre frelon asiatique Dr Darrouzet
Dr Eric Darrouzet
Université de Tours, Faculté des Sciences
Parc de Grandmont
37200 Tours, France
Pré-commande
Envoyez votre règlement par chèque
5 rue de Copenhague – 75008 Paris
ou par CB sur le site internet du SNA
www.snapiculture.com
AC

Pétition en ligne contre le frelon asiatique

Le syndicat national d’apiculture (SNA) vient de mettre en ligne une pétition afin de faire pression auprès de nos responsables politiques sur ce nouveau fléau qu’est le frelon asiatique. Si vous désirez signer cette pétition, suivez les indications du lien ci-dessous. Merci pour votre participation active.

« Halte au frelon asiatique ».https://www.snapiculture.com/petition-frelon/

A.L.