Articles

Le sanitaire au rendez-vous.

 Sur les trois ruchers-écoles du département, comme chaque année, la session des débutants se décompose en sept cours bien distincts, de la découverte du matériel apicole en passant par la biologie de l’abeille, les produits de la ruche… et celui du mois de mai était consacré au sanitaire.

Cette année, sur le site de Saint-Lô, le programme a été modifié du fait que le vétérinaire conseil du GDSA, Olivier CHRISTOPHE, est venu animer un cours théorique le matin, sur varroa et toutes ses conséquences, en passant par la loque américaine, comment la reconnaître, sa lutte ; athina tumida, le petit coléoptère de la ruche, de son origine géographique à aujourd’hui.

Au cours de cette séance, Karl LEGEAY avait désoperculé des cellules de mâles avec en prime une observation à la loupe binoculaire, pour que les élèves puissent voir des varroas, ce fut pour eux une découverte. Nous avions sorti des tables pour la pause déjeuner, chacun avait apporté sa spécialité qui a pu être partagée et après ce moment convivial, Karl a repris la présentation sur le frelon asiatique, bien présent sur nos ruchers.

Nous avons profité d’une journée ensoleillée où les élèves, par petits groupes accompagnés d’un moniteur, ont pu manipuler les cadres, chercher la reine, voir et découvrir du couvain ainsi que des œufs fraîchement pondus et jeunes larves baignant dans la gelée royale.

Alain LESCLAVEC

Enquête nationale relative aux mortalités des colonies d’abeilles durant l’hiver 2017/2018

Copie du courrier du directeur général de l’Alimentation envoyé aux apiculteurs qui ont participés à l’enquête sur la mortalité des abeilles pendant l’hiver 2017/2018

Premiers résultats :

Madame, Monsieur,

À l’issue de l’hiver 2017/2018, de nombreux apiculteurs ont observé des mortalités « anormales » de leurs colonies d’abeilles, constat relayé par les organisations apicoles. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a réalisé durant l’été 2018 une enquête à l’échelle nationale auprès des apiculteurs pour évaluer au mieux le taux de mortalité observé.

Je tiens tout d’abord à remercier vivement les nombreux apiculteurs qui ont répondu à cette enquête (près de 14 000 réponses), ce qui permet d’avoir une vision la plus juste possible de la situation sanitaire du cheptel apicole français.

Les premiers résultats ont été présentés aux représentants de la filière lors de la réunion du comité d’experts apicole du CNOPSAV du 24 octobre 2018 et sont disponibles sur le site de la Plateforme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale (https://www.plateforme-esa.fr/article/mortalite-des-colonies-d-abeilles-domestiques-pendant-l-hiver-2017-2018). Ils font état d’un taux moyen de mortalité des colonies à l’échelle nationale durant l’hiver 2017-2018 estimé à 29,4 %, très au-delà du taux de mortalité hivernale qualifié de « normal » par l’ensemble des acteurs concernés.

Plusieurs mesures ont été décidées lors du Comité apicole. Conformément aux souhaits du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le déploiement dans de nouvelles régions de l’Observatoire des mortalités et des affaiblissements de l’abeille mellifère (OMAA), mis en place en Bretagne et Pays de la Loire depuis le début de cette année, sera accéléré. L’État financera des analyses toxicologiques quand les mortalités ne sont pas expliquées par d’autres causes aisément mises en évidence. La rénovation du dispositif de surveillance des mortalités massives aiguës des abeilles engagée depuis plusieurs mois  sera poursuivie. L’amélioration sanitaire du cheptel apicole français nécessite également une lutte efficace, par tous les apiculteurs, contre le parasite Varroa destructor. Le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation invite la filière apicole à définir rapidement une stratégie nationale collective de lutte qui soit à la hauteur des enjeux.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de ma considération distinguée.

– –
Le directeur général de l’Alimentation
Patrick Dehaumont

 ENMHA 2017-2018 Premiers résultats_2018_10_24